- Page 5

  • Envie de sortir les aiguilles?

    Du lundi 20 au vendredi 24 février, participez de 9h à 16h à

    un atelier intitulé La récup sous toutes les coutures.

    Cette activité se déroule au Centre  Culturel de Presles.

    Amenez des bouts de tissus, boutons, vieux vêtements,

    pelote de laine, trousses de couture et votre pique-nique...

    Pour tous à partir de 8 ans Paf: 25 euros/ 40euros  si on vient à 2.

    Inscriptions obligatoires au 071/40.03.17

  • Droit de réponse

    JP Marique.jpg 

     





    Moi aussi, j’en ai assez de la « politicaille » !

     

    Dans votre édition de ce 10 février, Monsieur Léon Gilot se livre à une diatribe ad hominem à mon égard. Certes, tout ce qui est excessif est dérisoire. Je veux néanmoins réagir à ce tissu d’affirmations fantaisistes et malveillantes qui portent atteinte à mon honneur.

     

    Comme il se plait à le répéter, Monsieur Gilot a créé la section libérale en 1966, avant de la quitter rapidement. Ayant rejoint le groupe en 1984, je ne l’y ai jamais connu ! Il fut même  sur une liste concurrente aux élections communales de 2000. Est-il légitime qu’un «Père» réapparaisse après 30 ans d’absence, pour exprimer des avis aussi péremptoires et assassins ?

     

    En vérité, déçu et amère, il m’accuse de compromission dans un appel d’offres où un concurrent lui fut préféré. Alors que ma seule intervention dans ce dossier fut de veiller, en séance publique du Conseil, à la légalité de la procédure et à la nécessaire équité entre les soumissionnaires. Le vote du Conseil communal fut d’ailleurs unanime.

     

    Pour le reste, il affirme : « On assiste depuis 2000 à un recul constant du MR. ». En réalité, si, en 1976 (lorsqu’il présidait la section), les libéraux n’obtinrent que 5 % des voix ils n’ont, depuis, jamais cessé de progresser: 10% en 82, 13% en 88, 17 % en 94 et en 2000 et 19,6 % en 2006. Drôle de recul !

     

    Enfin, il évoque mes soi-disant difficultés à fédérer le groupe et ma volonté d’écarter des membres gênants. Or, toutes les décisions qu’il incrimine ont été adoptées à de très larges majorités, voire à l’unanimité, des instances de la section. Il se contente en réalité de relayer des ragots colportés notamment par ceux pour qui « carrière » ou « opportunité » justifient tout, y compris le changement de couleur politique.

     

    C’est vrai que je n’aime pas ces pérégrinations politiciennes. Pour ma part, je reste, envers et contre tout, fidèle à mes idées, à mes électeurs et à mon parti. Ceux qui m’apprécient parleront de détermination. Les autres d’entêtement. Personne n’a en tout cas jamais pu me taxer de versatilité ou de double langage. Que cette constance en gène certains est une chose. Qu’elle soit critiquable en est une autre : la loyauté serait-elle une tare, en politique ?

     

    Peut-on espérer qu’on en terminera enfin avec ces malveillances mesquines et que chacun aura à cœur de consacrer désormais son énergie aux vrais problèmes des gens ? A voir le niveau de certaines argumentations, on peut hélas en douter.

     

    Jean-Pierre Marique

    Chef du groupe MR

    À Aiseau-Presles.

     

     

  • Sul'Banc Del 'Dicôse pour le Télévie

    01.jpgNumériser 1.jpeg