Une nouvelle campagne de sensibilisation sur les CHLAMYDIA

 

Entrer des mots clefs L’infection à Chlamydia se présente sans aucun symptôme dans la majorité des cas, il est donc possible d’être infecté sans le savoir. Le dépistage est la seule solution efficace pour dépister  et  prendre  en  charge  cette  IST  qui,  non  soignée,  peut  avoir  de  graves conséquences, allant jusqu’à la stérilité.   Quelques données sur la Chlamydia. Comme la plupart des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) la Chlamydia connait une recrudescence importante ces dernières années. L’infection  à  Chlamydia  est  l’IST  la  plus  fréquemment  diagnostiquée  et  la  tendance épidémiologique d’augmentation du nombre de cas se confirme en 2011. Le groupe le plus touché se compose de jeunes femmes entre 15 et 25 ans. On constate une augmentation forte et continue. Depuis 2002, le nombre de signalements via les laboratoires vigies a été multiplié par 2,5, soit de 1 064 à 3 762 cas. Entre 2010 et 2011, l’augmentation est de 15 % ce qui correspond à l’augmentation moyenne annuelle depuis 2002. L’infection est répandue dans la population générale et ne se limite pas à un groupe à risque déterminé ; elle apparaît tant chez les hommes que chez les femmes, et à la fois chez les patients d’orientation hétérosexuelle et homosexuelle. La multiplicité des partenaires est un facteur de risque important.  Le nombre de cas diagnostiqués ne cesse de croître, avec une augmentation moyenne de 16 % par  an  depuis  2002.  Nous  en  ignorons  la  raison.  Cette  situation  peut  résulter  d’une combinaison d’une augmentation du nombre de tests demandés, d’une modification des politiques de dépistage des grands centres médicaux, de l’amélioration des tests diagnostiques et d’une augmentation de l’incidence. Il nous semblait dès lors intéressant d’examiner l’évolution du nombre de tests diagnostiques demandés pour l’infection à Chlamydia (données INAMI) entre 2007 et 2010, et de comparer cette augmentation avec la hausse du nombre d’enregistrements pour Chlamydia. On constate que la croissance du nombre d’enregistrements est proportionnelle au nombre de tests demandés. Cela signifie que le nombre de cas d’infection à Chlamydia non diagnostiquée est encore important dans la population générale. Sur les 3 762 patients présentant une infection à Chlamydia en 2011, 2 393 sont des femmes et 1 369 des hommes. L’âge moyen est de 26 ans pour les femmes et de 31 ans pour les hommes.   Pourquoi s’intéresser aux IST ? Ces dernières années, le nombre d’infections aux IST a considérablement augmenté dans la population. Toutes les infections sont en hausse (Gonorrhée, Hépatites, Chlamydia, Syphilis, etc.). Les associations de prévention du sida ne peuvent rester indifférentes devant ce phénomène. D’une part parce que ces infections sexuellement transmissibles peuvent avoir de lourdes conséquences sur la santé des personnes. D’autre part, ces IST peuvent faciliter une infection au VIH si la personne concernée prend un risque. Les IST fragilisent les muqueuses qui sont alors plus vulnérables en cas de contact avec le VIH.      Absence de symptômes… Si la chlamydia  peut se manifester par des pertes vaginales anormales, des écoulements par le pénis ou l’anus, des rougeurs, des brûlures, de la fièvre ou des douleurs au bas-ventre, elle reste, dans la majorité des cas, asymptomatique. Deux tiers des patients ont des muqueuse ont été diagnostiqués avec une infection à Chlamydia sans plainte ni symptôme. Cette absence de symptôme entraîne souvent une découverte tardive de l’infection  qui peut dormir pendant des mois avant de se compliquer… avec le risque d’évolution vers une PID (syndrome inflammatoire pelvien), une complication de l’infection à Chlamydia non traitée pouvant être une cause de stérilité chez les femmes.   Se faire dépister Outre l’utilisation du préservatif, qui reste l’unique moyen de prévention face aux IST, le dépistage représente à ce jour la seule solution efficace pour détecter et prendre en charge cette IST. Le dépistage est d’autant plus important que la chlamydia se soigne très facilement. Le dépistage consiste à un prélèvement local, le frottis pour les filles et prélèvement urinaire pour les garçons, qui permettra à une analyse en laboratoire. Ce dépistage peut être effectué chez votre médecin, votre gynécologue, dans les centres de planning familial ou dans les centres de dépistage spécialisé.   Informer la population, en particulier les jeunes sur les infections à la chlamydia. Fort de ces constats, Sida’sos et la Plate-Forme Prévention Sida ont décidé de s’associer afin de produire et diffuser une nouvelle campagne d’information sur cette IST. Nous avons également étroitement collaboré avec Sensoa. Il s’agira d’une grande affiche recto-verso qui reprendra les principales informations concernant la chlamydia et qui invitera les personnes à se faire dépister. Cette affiche sera également déclinée en banners internet. Enfin,  la  Plate-Forme  Prévention  Sida  profitera  de  l’occasion  pour  réimprimer  50.000 pochettes préservatif au couleur de la campagne. Cette campagne s’adresse particulièrement aux jeunes, qui sont les plus concernés, et sera diffusée dans l’ensemble de la fédération Wallonie-Bruxelles.   Cette affiche met principalement en lumière : - L’augmentation importante de l’infection dans la population, particulièrement chez les jeunes. - L’absence de symptôme - L’importance de s’en protéger - L’importance de se faire dépister- Les conséquences que peuvent avoir cette infection.  A côté de cette campagne, Sida’sos a également développé un outil pédagogique centré sur la Chlamydia sous la forme d’un jeu de l’oie afin de sensibiliser les jeunes sur le terrain dans les universités et hautes écoles. Cet outil est disponible gratuitement à la location.   Pour  plus  d’infos : Sida’sos, Céline Danhier, Directrice, info@sidasos.be 0472/26.67.89 Plate-Forme Prévention Sida,  Thierry Martin, Directeur,  th.martin@preventionsida.org, 0476/630 631   LinfectionàChlamydiaseprésentesansaucunsymptômedansla majoritédescas,ilest donc possible d’êtreinfecté sanslesavoir.Le dépistage estlaseulesolutionefficace pour dépister  et  prendre  en  charge  cette  IST  qui,  non  soignée,  peut  avoir  de  graves conséquences, allant jusqu’à la stérilité.

 

 

Quelques données surla Chlamydia.

CommelaplupartdesInfectionsSexuellementTransmissibles(IST)laChlamydiaconnait une recrudescence importante ces dernières années.

Linfection  à  Chlamydia  est  lIST  la  plus  fréquemment  diagnostiquée  et  la  tendance

épidémiologiquedaugmentationdunombredecasseconfirmeen2011.Legroupeleplus touchése composedejeunes femmes entre15 et 25ans.

Onconstateuneaugmentationforteetcontinue.Depuis2002,lenombredesignalementsvia

leslaboratoiresvigiesaétémultipliépar2,5,soitde1064à3762cas.Entre2010et2011,

l’augmentationestde15%cequicorrespondàl’augmentationmoyenneannuelledepuis

2002.

L’infectionestrépanduedanslapopulationgénéraleetnese limitepasàungroupeàrisque déterminé;elleapparaîttantchezleshommes quechezlesfemmes,etàlafoischezles patientsdorientationhérosexuelleethomosexuelle.Lamultiplicitédespartenairesestun facteur derisque important.

 

Lenombredecasdiagnostiquésne cessede croître,avec une augmentationmoyenne de 16% par  an  depuis  2002.  Nous  en  ignorons  la  raison.  Cette  situation  peut  résulter  dune combinaisonduneaugmentationdunombre detestsdemandés,dunemodificationdes politiquesde dépistage desgrandscentresmédicaux,de l’améliorationdestestsdiagnostiques et d’une augmentation del’incidence.

Ilnoussemblaitdèslorsintéressantd’examiner lévolutiondunombre de testsdiagnostiques demandéspour l’infectionà Chlamydia (donnéesINAMI) entre2007et2010,etde comparer cette augmentationavecla hausse dunombredenregistrementspour Chlamydia.On constate quelacroissancedu nombre d’enregistrementsestproportionnelle aunombredetests demandés.Celasignifie que le nombre decas d’infectionàChlamydia non diagnostiquée est encoreimportant dans la populationgénérale.

Surles3762patientspsentantuneinfectionàChlamydiaen2011,2 393sontdesfemmes

et 1 369 des hommes.

L’âgemoyenest de 26 ans pour les femmes et de31 ans pour les hommes.

 

 

Pourquoisintéresser auxIST ?

Cesdernièresannées,lenombre dinfectionsauxISTaconsidérablementaugmenté dansla population.Toutesles infectionssontenhausse (Gonorrhée,Hépatites, Chlamydia, Syphilis, etc.).Lesassociationsde pventiondusidane peuventrester indifférentesdevantce phénomène.Dune part parce que cesinfectionssexuellementtransmissiblespeuventavoir de lourdesconséquencessurlasantédes personnes.D’autre part,cesISTpeuventfaciliterune infectionauVIH silapersonne concernée prendunrisque.LesISTfragilisentlesmuqueuses qui sont alors plus vulnérables en cas de contact avecle VIH.

 

 

 


Absence desymptômes

Silachlamydia  peutsemanifesterpardespertesvaginalesanormales,desécoulementsparle

pénisoul’anus, des rougeurs,desbrûlures,delafièvreoudesdouleursau bas-ventre,ellereste,danslamajoritédescas,asymptomatique.Deuxtiersdespatientsont desmuqueuse ont étédiagnostiquésavec une infectionà Chlamydiasansplainte nisymptôme.Cette absence de symptômeentraîne souventune découverte tardive de l’infection  quipeutdormirpendantdes moisavantde se compliquer… avecle risque d’évolutionvers une PID(syndrome inflammatoire pelvien),unecomplicationdel’infectionàChlamydianontraitéepouvantêtre une cause destérilité chezles femmes.

 

 

Se faire dépister

Outre l’utilisationdupréservatif,quirestel’uniquemoyen depréventionfaceauxIST,le dépistagereprésenteàcejourlaseulesolutionefficacepourdétecteretprendreencharge cetteIST.Ledépistageest d’autant plus important que la chlamydia sesoignetrès facilement. Le dépistageconsisteàunplèvementlocal,lefrottispour lesfillesetplèvementurinaire pour lesgarçons,quipermettra à une analyse enlaboratoire.Cedépistagepeutêtreeffectué chezvotre médecin,votre gynécologue,danslescentresdeplanningfamilialoudansles centres dedépistagespécialisé.

 

 

Informerlapopulation,enparticulier lesjeunessur les infectionla chlamydia.

Fortdecesconstats,SidasosetlaPlate-FormePventionSidaontdécidédes’associer

afindeproduireetdiffuserunenouvellecampagnedinformationsurcetteIST.Nousavons

égalementétroitementcollaboré avec Sensoa.Ils’agiradunegrandeafficherecto-versoqui reprendra lesprincipalesinformationsconcernantlachlamydiaetquiinvitera lespersonnesà sefairedépister. Cetteafficheseraégalement déclinée en banners internet.

Enfin,  la  Plate-Forme  Prévention  Sida  profitera  de  l’occasion  pour  réimprimer  50.000

pochettes préservatifau couleurdela campagne.

Cettecampagnes’adresseparticulièrementauxjeunes,quisontlesplusconcernés,etsera

diffuséedans lensembledela dération Wallonie-Bruxelles.

 

 

Cette affichemet principalement en lumière :

-Laugmentationimportantedel’infectiondanslapopulation,particulièrementchezles

jeunes.

-L’absencedesymptôme

-L’importancedesen protéger

-L’importancedesefairedépister-

Les conséquences quepeuvent avoircetteinfection.

A côté decettecampagne, Sidasosa égalementdéveloppé unoutilpédagogiquecentrésur la Chlamydia sousla formedunjeu de l’oie afin de sensibiliser les jeunessur le terraindansles universités et hautes écoles. Cet outilest disponiblegratuitement à lalocation.

 

 Pour  plus  d’infos :

Sidasos, CélineDanhier,Directrice, info@sidasos.be0472/26.67.89

Plate-Forme PréventionSida,  ThierryMartin, Directeur,  th.martin@preventionsida.org,

0476/630 631

 


Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.